Accueil Climat Climatosceptiques

Objection : Comment prévoir le temps qu'il fera dans vingt ans alors qu'on ne peut pas le prédire au-delà de cinq jours ?

Réponse : Cet argument ne peut pas être défendu sérieusement par un scientifique. Il est vrai que la météo ne peut guère être prévue au-delà de cinq jours, mais il faut savoir que météo et climat sont deux choses très différentes. La météo consiste à prévoir précisément le temps qu’il fera à tel moment et à tel endroit, alors que le climat consiste à prévoir une moyenne sur une région

 

Objection : Le réchauffement climatique est une excellente chose, il permet un développement de l'humanité et des périodes d'abondance

« Il est prouvé que les périodes plus chaudes étaient des périodes de prospérité ; il n’y a qu’à voir les recherches d’Emmanuel Leroy Ladurie »

 

Réponse : Il y a effectivement eu quelques périodes relativement chaudes il y a 7000 ans, il y a 4000 ans, 2000 ans et entre 800 et 1400 de notre ère. Rien ne dit cependant qu’elles étaient plus chaudes que les températures depuis la fin du XXe.

Observons les liens histoire et climat mis en évidence par Emmanuel Leroy-Ladurie. On voit que si des années froides

 

Objection : Le niveau de la mer diminue en Arctique.

Réponse : En effet ! Une étude a montré en 2006 grâce à des mesures par satellite (voir Arctic dips as global waters rise, BBC, 2006), que le niveau de la mer a baissé en Arctique depuis les dix années précédante à un rytme de 2mm/an. Mais cela veut pas dire que le niveau global des océans ne monte pas et que les glaciers ne fondent pas.

 

Objection : Les glaciers de l'Antarctique augmentent : preuve qu'il n'y a pas de réchauffement

antarctiqueLa banquise de la péninsule ouest de l'antartique fond régulièrement, ce qui menace  la stabilité de la plaque de glace continentale ouest, qui est instable et dont une partie est sous le niveau de la mer. Elle se situe dans un climat océanique moins froid que le reste du continent.

« Si la quantité de glace augmente en Antarctique, cela prouve qu’il n’y a pas de réchauffement, contrairement à ce que nous disent les 'réchauffistes' ! Et également qu’Al Gore raconte n’importe quoi… »

 

Objection : Il est ridicule d'évoquer une hausse du niveau de la mer de 6 m comme dans le film d'Al Gore !

idon't-believe-in-global-warming Même si le niveau des mers ne s'élèvera pas de 6 mètres en un siècle, son élévation de quelques dizaines de cetimètres à un mètre est un problème aigu pour de nombreux pays. Cette élévation ne sera qu'un début si rien n'est fait. Mais qu'importe ! Il suffit, comme le veulent les législateurs de Caroline du Nord, de faire passer une loi qui décrete que l'eau ne montera pas ! (Guardian, 01/06/12)

Réponse : Al Gore dans son film « une vérité qui dérange », a mis en scène ce qui se passerait à New York en cas d'élévation du  niveau des mers de 6 mètres. C’est effectivement ce que prévoit le GIEC si le Groenland fond mais… cela ne se produirait pas avant plusieurs siècles.

 

Objection : La fonte de l'arctique n'entraine pas plus l'élévation du niveau des mers que le fonte d'un glaçon dans un verre d'eau. C'est une question de bon sens !

Réponse : Cet argument joue sur une confusion de nature à perturber celui qui n’a pas l’habitude des discussions relatives au climat. Il mélange la fonte des glaciers et des inlandsis, qui reposent sur terre, avec la fonte de la banquise qui elle, flotte sur l’eau.

 

Objection : Pourquoi l'émission de carbone fossile, qui provient au départ de l'atmosphère, provoquerait une hausse de la quantité des GES ? Ce n'est qu'un retour à l'envoyeur.

Réponse : Le carbone fossile présent sous forme de gaz naturel, de pétrole ou de charbon a été emprisonné sous terre pendant des millions d’années. Ce carbone est le produit de l’accumulation d’êtres vivants pendant des centaines de millions d’années et qui, au lieu de servir de nourriture à d’autres organismes ou de se décomposer, se sont transformés en hydrocarbures. C'est pourquoi ce carbone a été piégé.

 

Objection : Quand vous respirez, vous émettez du carbone. Pour le climat, il faudrait cesser de respirer !

Réponse : La respiration provoque en effet une émission de CO2 à cause de la combustion des sucres ou des graisses qui se produit dans notre organisme. Mais ce CO2 ne contient pas de carbone fossile ; donc il ne contribue donc pas à l’effet de serre.

 

Objection : Le réchauffement est dû au rayonnement solaire, aux rayons cosmiques, au champ électromagnétique, à la chaleur de la Terre.

Réponse : les climatosceptiques ont beaucoup d'imagination quand il s'agit de rechercher des causes de réchauffement qui ne soient pas le CO2 : tout sauf le CO2 ! Si cela se faisait dans le cadre d'un débat scientifique de bonne foi, cela serait une très bonne chose, car les tentatives de réfutation, dès lors qu'on démontre qu'elles sont fausses, renforcent la valeur de la thèse initiale (voir réfutabilité).

 

Objection : Il y a eu un réchauffement sur Mars également, donc c'est le soleil qui est responsable

Réponse : curieusement, ceux-là mêmes qui affirment que l’estimation de la température moyenne est impossible sur Terre affirment avec certitude qu’elle augmente sur Mars.

Comme si nous avions plus d’instruments de mesure sur Mars que sur Terre…

 
Plus d'articles...